SOLEIL

Dernière mise à jour : avr. 12

Extrait du 4eme conte


Autrefois, la vie sur terre était différente. Toutes les espèces, que ce soit le peuple des pierres, le peuple des arbres, des plantes, des elfes ou des animaux vivaient dans l’amour, en harmonie. Les abeilles fabriquaient du miel pour guérir toutes les créatures, les araignées tissaient des toiles pour faire des abris, les dauphins servaient de moyen de locomotion quand une créature voulait traverser un océan.

Les humains ont été créés dans le même objectif, mais un jour la jalousie, la domination, la haine, la tristesse et la peur sont nées dans leur cœur et tout a changé. Les humains polluèrent la terre, la vidèrent de ses entrailles, polluant les eaux, coupant en abondance les arbres, tout ceci juste pour de l’argent. La violence et la peur régnaient sur la terre. Alors l’univers provoqua une tempête qui les fit mourir.

Après cette épreuve difficile, l’univers décida de donner une nouvelle chance aux humains en leur permettant de retourner sur terre. Mais leur compréhension resta limitée et ils recommencèrent encore une fois. Un tremblement de terre les emporta pour la seconde fois. Maintenant leurs âmes étaient bloquées autour de la terre et erraient sans rien comprendre. L’univers avait choisi une fois de plus de réagir pour protéger les autres espèces et l’environnement.

L’univers savait qu’ils auraient besoin d’aide et il nomma des guides pour les accompagner dans leur cheminement. Ces guides étaient des anges qui à leur tour demandèrent une aide particulière. Sur terre, les animaux furent épargnés par les catastrophes naturelles. Et parmi eux, il y avait un poussin qui s’appelait Soleil, car il avait un cœur d’or. Ce dernier était très curieux, il aimait la nature et vivait dans un jardin avec ses parents. Ce jardin et la terre entière étaient très simples, il y poussait juste de l’herbe, car la pollution empêchait les fleurs et les arbres de pousser. Mais son amour de la nature allait au-delà des apparences.

Un matin en se réveillant, Soleil vit par la fenêtre une balançoire jaune et orange. Celle-ci se confondait avec les couleurs de l’Arc-en-Ciel qui venait d’apparaitre. Il s’approcha, piqué par la curiosité, et bondit sur cette dernière. Plein d’entrain, il mit la balançoire en mouvement et se balança si haut qu’il voltigea dans les airs et se retrouva accroché à l’Arc-en-ciel. Puis, il glissa comme sur un toboggan et atterrit autour d’une table entourée d’anges, dans un lieu magnifique. Il était dans un autre monde. Ces anges lui expliquèrent que leurs missions étaient de veiller sur la nature, mais également sur les âmes des humains qui avaient quitté la terre. Les anges demandèrent à Soleil s’il voulait bien les aider dans leur mission, car leur objectif était que ces âmes reviennent sur terre en ayant appris à aimer la terre et toutes ses créatures.

Dans un premier temps, Soleil devrait prier pour les humains. Et dans un second temps, les accompagner sur terre. Sans hésitation, le poussin accepta, pourtant il n’était qu’un enfant, mais son cœur était si grand et sa compassion immense.

Les âmes solitaires erraient autour de la terre, alors elles furent prises en charge par des âmes anciennes, qui à leur tour étaient aidées par des âmes plus jeunes. Chaque âme était prise individuellement, car chacune avait son degré d’évolution. Certaines, les plus noires, furent emprisonnées dans des trous noirs, prison inviolable, leur évolution étant pour le moment impossible. D’autres furent emmenées dans des sphères plus hautes, les étoiles, ceci selon leur niveau.

En fait chaque étoile avait sa fonction, l’étoile de la psychologie, il y avait celle qui tenait lieu d’hôpital, celle qui hébergeait un jardin fleuri, celle de la patience, du rêve, de la sagesse et enfin, l’étoile du changement. Pour se déplacer de l’une à l’autre, on utilisait les transports en commun qui n’étaient autre que les étoiles filantes.


Voici le parcours d’une âme qui avait sur terre pour seule obsession celle de s’enrichir, ceci au détriment de la nature. Horace le vorace avait amassé une immense fortune en coupant des forêts entières pour revendre le bois à de multiples sociétés. Il n’avait aucune conscience des dégâts qu’il avait causés par cet appât du gain. Sa seule croyance était « Dieu, le porte-monnaie ! »

Dès son arrivée, Horace le vorace fut emmené sur l’étoile de la psychologie. Il se plaignit d’avoir perdu sa fortune en mourant. Il lui fallait absolument la reconstituer, c’était sa seule raison de vivre. Il passait son temps à chercher une forêt, des arbres à couper, des sous à gagner, de belles maisons à acheter, des maitresses à combler, des clients à rouler, des bouteilles à vider…. Le psychologue en perdait son latin et eut du fil à retordre avec cette âme récalcitrante. De son côté, Soleil dû prier avec ferveur pour Horace.

Le temps et la patience du psychologue et les prières de Soleil firent leur œuvre doucement, alors, Horace perdu fut emmené sur l’étoile qui abritait un hôpital. Et là, on lui passa en boucle des films d’oiseaux, de fleurs, de rivières, d’océans, de baleines. On évita les films sur les forêts, valait mieux être prudent ! Des essences de nature furent vaporisées dans la chambre du malade. Evidemment, ce dernier était entouré par des âmes aimantes ce qui accéléra le processus de guérison.

Pour compléter cette rééducation, Horace le vorace fut emmené sur l’étoile du jardin fleuri. Une nouvelle conscience émergea, il se mit à voir la nature sous un autre œil. Il se nourrit de ses couleurs, de ses parfums et un matin, il glissa ses mains dans la terre. Une sensation extraordinaire parcourut son corps entier. A partir de ce jour, il cultiva des plantes médicinales qui servaient à soigner les âmes sur l’étoile de l’hôpital. Il se sentit utile et oublia progressivement son obsession de l’agent.

Le temps était venu de tester sa transformation et Horace partit pour l’étoile de la patience. Au bout de quelques semaines, la certitude était acquise, cette âme allait mieux. Horace avait changé. Pour le féliciter, on l’envoya en vacances sur l’étoile des rêves. On lui offrit une chaise longue qui lui permettait de rêver toute la journée. Il fut installé au sommet d’une montagne, surplombant une magnifique forêt. Il contempla avec merveilles ces arbres splendides, millénaires et prit alors conscience de son ancienne vie et se promit qu’il retournerait un jour sur la terre pour lui donner de l’amour et pour la soigner.

A peine eut-il pensé cela que cette âme se retrouva sur l’étoile de la sagesse où elle rencontra de grandes âmes. Ces dernières étaient fières de son parcours et lui proposèrent de retourner sur terre pour mettre en pratique ses nouveaux rêves. Son petit séjour sur cette étoile renforcèrent sa force, sa foi, sa bonté, son amour inconditionnel et elle retrouva en cadeau toute la sagesse de ses ancêtres.

Après cela, on l’emmena sur l’étoile du changement pour sa réincarnation. L’âme d’Horace le Vorace choisit de s’incarner dans le corps d’une femme, d’une guérisseuse au service de la nature, Marie. Voici le cheminement de cette âme, parmi d’autres. Beaucoup d’âmes eurent une troisième chance et se retrouvèrent réincarnées sur terre...

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

MOÂ

LE RETOUR DU PRINTEMPS

Extrait du 3eme conte Dans une forêt lointaine vivait Mme Hibou. Elle avait pour voisine Mme Corbeau qui venait de pondre ses œufs, c’était le printemps, les arbres se couvraient de feuilles et le so